Panorama des modalités pédagogiques du Digital Learning

  • Learning
  • 08 Juillet 2019
  • 2 commentaires

En 2010, la formation a pris un virage à 180 ° en surfant sur la vague des nouvelles technologies et de la digitalisation des moyens de communication. Elle est depuis en constante évolution et fait émerger de nouvelles tendances telles que l’e-learning, la classe virtuelle, les serious games ou encore le mobile learning. Le présentiel laisse place peu à peu à une approche pédagogique innovante que l’on appelle plus communément le digital learning. Mais qu’englobe-t-il exactement ? Je vous propose un petit panorama des modalités pédagogiques majeures du digital learning.

Le e-learning

Souvent confondus, l’e-learning et le digital learning ne désignent pourtant pas la même chose. Le digital learning permet d’utiliser toutes les technologies digitales au service de la formation professionnelle. L’e-learning fait donc partie intégrante des modalités pédagogiques digitales. Il se base en général sur un modèle de formation asynchrone disponible sur le web dans lequel l’apprenant avance à son rythme de manière autorégulée. La formation à distance a permis de faire un premier pas dans l'adaptation des parcours d’apprentissage aux nouveaux besoins de formation. Le e-learning est dans de nombreux cas une excellente réponse à un besoin de formation accessible et déployable rapidement. Par exemple, un formateur qui souhaite transmettre son savoir à de nombreuses personnes dispersées dans le pays, ou encore une entreprise qui souhaite former ses ouvriers situés dans des usines à travers le monde dans le même temps sur une nouvelle machine ou un nouveau processus. La mobilité étant un enjeu important, le e-learning permet, ainsi de former des populations cibles sans avoir besoin de se déplacer jusqu’au siège.

La classe virtuelle

Cette modalité pédagogique est à mi-chemin entre le présentiel et la formation à distance. Également délivrée en ligne, elle se distingue du e-learning puisqu’elle se base sur un modèle de formation synchrone et rassemble apprenants et formateurs dans un même lieu virtuel. Ils peuvent ainsi, grâce à un système de visioconférence, interagir en direct, échanger des documents, organiser des groupes de travail et tchater. En somme, les avantages d’une formation traditionnelle sans les inconvénients de coûts et de logistiques. Par exemple, un formateur en marketing digital organise une classe virtuelle avec des futurs consultants pour traiter un module sur le démarchage client. Au cours de la session, il délivre un cours théorique en demandant à ses apprenants de noter leurs questions au fur et à mesure qu’il parle. Puis, à la fin de son intervention, il laisse place à une série de questions / réponses. Il peut également inviter ses apprenants à animer un groupe de réflexion autour de différentes mises en situation.

À découvrir également : Comment utiliser la Classe Virtuelle en formation ?

Le serious game

Un serious game est une modalité digitale qui propose une approche pédagogique ludique à un enjeu de formation. Ces jeux peuvent prendre diverses formes comme des jeux traditionnels (jeu de l’oie, Monopoly, jeu de cartes) mais aussi des jeux vidéos ou d’ordinateurs en mettant en scène un avatar, une mission à remplir et des obstacles à franchir pour atteindre un objectif final. Les sociétés y ont recours notamment pour faire des simulations à distance sur des procédés techniques en recréant les situations du réel. Le serious game est de plus en plus plébiscité tant il est efficace et motivant pour les apprenants de se former par le jeu. Il permet en effet aux apprenants d’être acteurs de leur formation, ce qui renforce leur engagement et les poussent à aller au bout de leur apprentissage. Il en résulte une montée en compétences rapide et un gain de productivité pour les entreprises. De même que le e-learning, avec le serious game, les apprenants peuvent apprendre à maîtriser un nouvel outil, un nouveau process, acquérir des compétences et des connaissances en jouant leur propre rôle dans un jeu vidéo. Différentes situations se présentent alors à eux pour qu’ils puissent mettre en pratique les enseignements théoriques : démarrage de la procédure sur le poste de travail, scénario d’aventure où on est le héros, scénario catastrophe pour apprendre à réagir, accompagnement pas à pas sur une procédure scénarisée, etc.

Le MOOC

Le MOOC (Massive Open Online Courses) est un modèle de formation interactif en ligne ouvert à tous. Basé sur l’utilisation d’une plateforme internet, il cumule différentes activités pédagogiques afin de rythmer la formation et booster son efficacité. Parmis ces activités, on retrouve de courtes vidéos, des documents audio et textuels téléchargeables, des cas pratique, des travaux de groupes, des quiz, des forums d’échange entre les apprenants et le formateur. Il est généralement sur 4 à 8 semaines avec des modules et quiz hebdomadaires, un travail à télécharger sur la plateforme au milieu du parcours corrigé par les pairs et un certificat final de validation de la formation à valoriser sur Linkedin et son CV. Le MOOC s’éloigne ainsi du schéma classique “apprenant VS expert” et favorise l’apprentissage horizontal. Par exemple, EMLYON Business School propose gratuitement un MOOC d’entrepreneuriat “L’innovation basée sur les usages : la voie du succès” ou encore le MOOC “La prise de parole en public” développé par Openclassrooms. De nombreuses thématiques sont aujourd’hui développées sur ce format. Il n’a jamais été aussi facile de suivre un MOOC sur un sujet qui vous intéresse. Vous pouvez trouver de nombreux MOOC francophones recensés sur la plateforme : https://mooc-francophone.com/.

Le SPOC

Le SPOC (Small Private Online Course) ressemble au modèle du MOOC et propose les mêmes types d’activités pédagogiques. Cependant, cette formation interactive en ligne a la particularité de s’adresser à un groupe restreint de personnes, sélectionné au préalable, permettant au formateur d’être plus présent pour chacun de ses apprenants. Cela favorise le partage d’expérience dans la communauté et facilite la réunion de personnes du même niveau avec des objectifs similaires. Le SPOC inclut en général des coaching individuels et collectifs, des instants d’échanges essentiels pour consolider des connaissances et accumuler les savoirs. Il en existe dans de nombreuses thématiques comme le MOOC, seul le format change en proposant un parcours plus individualisé.

Le Mobile Learning

Les premières formations en mobile learning ont fait leur apparition sur le marché français en 2015. Cette modalité pédagogique repose sur l’instantanéité et l’accessibilité de la formation, mais rend également possible la gamification de l’apprentissage. Le mobile learning va ainsi de plateformes comme YouTube ou TEDconferences à de nombreuses applications mobiles gamifiées. Les apprenants se forment ainsi en suivant de très courtes sessions accessibles tout le temps (connexion internet ou pas), sont challengés, gagnent des points et passent au niveau supérieur après avoir réussi un quiz. Totalement adapté à la tendance du “anytime, anywhere, anyplace” le m-learning séduit les apprenants, optimise leur engagement et favorise la rétention d’information. De nombreuses applications ont choisi ce créneau pour développer leur offre : TeachOnMars, Beedeez, PitchBoy, Uptale, Coursera... avec des approches toutes aussi variées qu’attractives.

La Réalité Virtuelle

La réalité virtuelle propose aux apprenants une expérience immersive leur permettant d’être placés en conditions réelles. On utilise cette modalité pédagogique notamment dans le cadre de visites virtuelles, d’exercices de sécurité ou encore de mises en situation face à des clients potentiels. Un véritable bond en avant par rapport aux serious games et une efficacité décuplée qui optimise totalement la montée en compétence des collaborateurs en sécurité mais dans une situation similaire au poste de travail. La réalité virtuelle permet par exemple à des futurs techniciens de réaliser une mission sur une plateforme pétrolière sans avoir besoin d’y être physiquement ou à conseillers clientèle de s’entraîner sur des scénarios clients avant d’y être réellement confrontés. .

Le Social Learning

Nouvelle tendance du digital learning, le social learning se présente en général sous forme de groupes de discussion sur les blogs, les forums et les réseaux sociaux. Il favorise l'apprentissage par l'échange et le partage d’expérience de manière transversale. Que ce soit le formateur, les experts ou les apprenants, tout le monde collabore et contribue à l’apport de connaissances pour le groupe dans son ensemble. Cet apprentissage quelque peu informel est en réalité très bénéfique pour développer les compétences des apprenants. Rarement isolée, cette modalité d’apprentissage s’intègre dans des formations de type MOOC, SPOC ou e-learning simple. Par exemple, un formateur propose une formation en MOOC. Il décide de créer un groupe de discussion sur Facebook pour contrer l’effet “formation de masse” et faire en sorte que ses apprenants aient le sentiment d’appartenir à une communauté. Il anime ce groupe avec différentes thématiques chaque semaine en relation avec le sujet de sa formation. Tous partagent en plus de cela des informations trouvées sur internet, des articles tendances, ou encore leurs difficultés rencontrées.

L’Adaptive Learning

L’adaptive learning correspond à l’ultra personnalisation de la formation par un système de récupération de data et d’intelligence artificielle. On s’éloigne complètement des parcours séquentiels pour s’adapter aux besoins d’apprentissage de chaque apprenant. Concrètement, une formation en adaptive learning permet de diffuser l’information de manière différente en fonction du niveau de chaque individu. Une personne X ne suit donc pas forcément les modules dans le même ordre et à la même vitesse qu’une personne Y. L’apprenant peut également s’arrêter sur des points que d’autres n’étudient pas. Dans les modèles d’adaptive learning les plus poussés, l’intelligence peut aller jusqu’à détecter qu’une notion précédemment acquise redevient flou pour l’apprenant et propose à nouveau de revenir sur le point en question. On ne suit donc plus de parcours linéaire mais on avance brique par brique. Une méthode d’apprentissage qui permet de maximiser la réussite et la performance d’une formation. Par exemple, deux personnes s’apprêtent à suivre une formation sur le référencement web. Suite à un test d’entrée, il s’avère qu’une des deux personnes a déjà des connaissances dans ce domaine mais pas l’autre. L’apprenant débutant est donc dirigé vers un premier module qui rappelle les bases du référencement web. L’autre apprenant quant à lui commence directement sur l’optimisation des contenus. À la fin du module, les résultats du quiz n’étant pas à 100 % correct, le logiciel programme finalement un cours résumé des fondamentaux du référencement pour faire une piqûre de rappel. Et ainsi de suite.

Vous connaissez maintenant les modalités pédagogiques du digital learning. Vous êtes formateur et vous avez le projet de développer une formation digitale ? N’hésitez pas à réserver une session stratégique avec moi, je serais ravie de vous aider sur votre projet  : JE RÉSERVE MA SESSION MAINTENANT. Vous pouvez aussi télécharger mon guide et connaître les 10 étapes pour bien démarrer votre projet de formation.