La neuropédagogie | Renforcer l'efficacité de l'apprentissage

  • Learning
  • 26 Août 2019
  • Aucun commentaire

Le monde évolue, tout comme nos comportements vis-à-vis de la consommation, de l’intégration et de la mémorisation de l’information. Ces nouveaux mécanismes d’apprentissage doivent être considérés afin de permettre aux formateurs d’adapter les formations et les rendre plus efficaces. On s’appuie aujourd'hui sur la neuropédagogie pour répondre à ce besoin croissant de comprendre comment notre cerveau apprend et retient l’information. Mais qu’est-ce que la neuropédagogie exactement ? À quoi ça sert et de quelle manière se met-elle au service de la formation ?

La neuropédagogie, qu’est-ce que c’est ?

On utilise depuis longtemps le domaine des neurosciences pour explorer le cerveau et les comportements humains de manière générale. La neuropédagogie (ou Mind, Brain and Education science en anglais) s’appuie sur les neurosciences, mais également sur la psychologie et la pédagogie pour étudier le fonctionnement cérébral en situation d’apprentissage. Elle permet, grâce à l’imagerie, d’analyser nos réactions internes lorsqu’on fait quelque chose par automatisme, lorsqu’on écoute une personne parler, que l’on fait une erreur ou encore lorsqu’on réfléchit.

La science des apprentissages, à quoi ça sert ?

La neuropédagogie permet de savoir, grâce à divers tests, les techniques d’apprentissage qui fonctionnent le mieux et celles qui fonctionnent moins bien. Celles qui nous stimulent et celles qui, au contraire, nous ennuient. Mais cela permet également de mettre le doigt sur les erreurs qui reviennent souvent, de comprendre les rythmes d'apprentissage, le rôle du repos ou encore des jeux dans l’apprentissage. Les tendances qui en ressortent aident alors à proposer des méthodes d’enseignement adaptées et efficaces.

Neuropédagogie et formation

Une bonne formation se mesure sur la qualité du contenu, mais également sur la manière dont les informations sont organisées et diffusées. Comprendre comment le cerveau est stimulé et ce qui au contraire pousse au décrochage permet d’adapter l’action de formation pour un apprentissage plus efficace.

Analyser les comportements

Nous savons par exemple que notre temps d’attention est limité à environ 15 minutes parce que le cerveau a besoin d’économiser son énergie. Cette limite est d’autant plus importante depuis l’avènement du digital learning. Notamment du fait que, seuls derrière leurs écrans, les apprenants peuvent se désintéresser encore plus rapidement de la formation. De même, une information peu lisible n’est pas bien assimilée par l’esprit. Des contenus plus visuels avec des images ou des pictogrammes favorisent l’ancrage mémoriel tout comme les contenus multimédias qui associent la voix, au texte et à l’image. L’information a besoin d’être approfondie ou répétée pour être retenue. Face à un orateur dont la voix est monotone et dont le discours est ennuyeux, nous nous lassons plus facilement. Nous sommes plus à l’aise dans l’action et la pratique.

Adapter les formations pour renforcer l’efficacité de l’apprentissage

Ces constats non-exhaustifs sont très utiles et nous permettent d’agir en conséquence pour optimiser l’efficacité d’une formation. Nous pouvons par exemple :

  • mettre au point des sessions de courtes durées séquencées par des pauses pour capter l’attention des apprenants ;
  • proposer des visuels attrayants, colorés, clairs et sans fioritures. Préférer les images aux mots lorsque cela est possible. Utiliser des supports vidéos impactants et faciles à retenir ;
  • alterner phase théorique et mise en pratique ;
  • passer par le jeu pour activer les émotions, interagir et favoriser un meilleur ancrage des connaissances.
  • repasser plusieurs fois sur les informations importantes pour laisser le temps aux apprenants de les intégrer plus facilement ;
  • parler d’une voix claire, enjouée et dynamique. Utiliser le storytelling dans les prises de paroles et faire intervenir les apprenants pour les rendre actifs dans leur formation ;
  • varier les méthodes d’évaluation ;
  • etc.

La neuropédagogie est donc un instrument très utile pour améliorer l’apprentissage dans la formation. Ce qu’il faut en retenir, c’est que la compréhension, la mémorisation et l’interprétation des enseignements dépend de la qualité du contenu, mais également de la manière dont l’information est transmise. Et ce, tant sur la forme théorique que sur le comportement du formateur vis-à-vis des apprenants. Il est ainsi primordial d’apporter une attention toute particulière à ces paramètres si vous souhaitez développer un projet de formation. N’hésitez pas à réserver une session stratégique avec moi, je serais ravie de vous aider : JE RÉSERVE MA SESSION MAINTENANT.